Poêle à bois avec four

Sommaire

Poêle de masse avec four

À la différence d'une cuisinière à bois qui ne permet que de cuisiner, le poêle à bois avec four (ou poêle cuisinière à bois) fait non seulement office de chauffage, mais permet également de mijoter et de réchauffer des plats, de cuisiner du pain ou encore une pizza. Alimenté par des bûches de bois, qui offrent une rapide montée en température, le poêle à bois avec four trouve logiquement sa place dans la cuisine, qui doit donc être équipée d'un conduit de fumées adapté.

Poêle à bois avec four : avantages et inconvénients

La cuisson au bois donne une saveur sans égale aux aliments. Les modèles récents de poêles à bois avec four sont dotés de nombreuses arrivées d'air réglables, qui permettent de maîtriser avec précision la combustion et donc la température.

Avec un rendement moyen de l'ordre de 50 à 80 %, le poêle à bois avec four est considéré comme un chauffage secondaire. De plus, il n'offre qu'une autonomie réduite de 2 à 3 heures, contrairement à celle des poêles à bois à pellets (de petits cylindres de sciure séchée et compressée d'une haute densité énergétique), qui peut dépasser 70 heures.

Bon à savoir : le rendement est le rapport entre l'énergie produite par le poêle à bois avec four et l'énergie qu'il consomme.

Poêle à bois avec four : critères de choix

Le poêle à bois avec four peut être simple, bouilleur ou de masse. Il peut être en acier, souvent plus esthétique et qui monte vite en température, ou en fonte, qui offre une meilleure inertie, mais alourdit le poêle.

Simple, il offre une puissance de chauffage de 4 kW à 12 kW pour chauffer la pièce où il est installé et éventuellement les pièces adjacentes.

Bouilleur, le poêle à bois avec four assure également la production d'eau chaude (sanitaire et/eau pour les radiateurs).

De masse (ou à accumulation), le poêle à bois avec four est constitué d'un matériau emmagasinant naturellement la chaleur, comme la fonte réfractaire, la faïence ou encore la stéatite (une roche volcanique).

À double combustion enfin (ou postcombustion) le poêle bois avec four est équipé tout comme un modèle traditionnel d'un foyer principal qui brûle le combustible, mais également d'un foyer secondaire qui brûle les résidus contenus dans la fumée pour les transformer en énergie. Le rendement ainsi obtenu varie de 70 à 80 %.

Attention à la taille du foyer, dont dépendra l'autonomie de votre poêle à bois avec four, mais aussi la taille des bûches qu'il pourra accueillir (plus elles sont courtes, meilleur est le rendement).

La grille foyère, ajustable à l'aide d'une manivelle, sert à moduler la puissance de chauffage. L'hiver, elle se positionne vers le bas pour augmenter la capacité de charge en bûches et donc la puissance de chauffage. À l'inverse, en été, positionnée vers le haut, elle réduit cette dernière sans jouer sur la puissance de cuisson.

Attention : pour répondre à tous les critères de sécurité et de qualité, vérifiez que votre poêle à bois avec four répond aux normes en vigueur, à savoir les normes NF D 32301 et  NF EN 12815 pour les poêles à bois avec four bouilleur. Le label Flamme Verte garantit quant à lui que l'appareil répond aux exigences environnementales et énergétiques nécessaires pour bénéficier du crédit d'impôts.

Poêle à bois avec four : prix et points de vente

Le prix d'un poêle à bois avec four varie en fonction de son système de combustion, de son matériau, de sa puissance ou encore du fabricant. Comptez à partir de 900 € environ pour un modèle premier prix et jusqu'à plus de 5 000 €. Vous trouverez un poêle à bois avec four dans les magasins de bricolage, les enseignes spécialisées, et sur internet.

Un poêle à bois avec four installé par un professionnel certifié RGE* (reconnu garant de l'environnement) peut ouvrir droit, sous conditions, à MaPrimeRénov' (prime forfaitaire de 1 000 € à 2 500 € selon le type de poêle et les revenus), à l'éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ), aux aides de l'ANAH (Agence nationale de l'habitat), ainsi qu'aux aides des régions et des collectivités locales.

* ou ayant obtenu une « qualification-chantier » pour ce chantier particulier (expérimentation prévue du 1er janvier 2021 au 31 décembre 2023 par un arrêté du 24 décembre 2020).

Il doit répondre aux critères techniques suivants :

  • rendement énergétique supérieur ou égal à 75 % ;
  • une émission de monoxyde de carbone rapportée à 13% d’O2 ≤ à 1 500 mg/ Nm3 ;
  • une émission de particules rapportée à 13% d’O2 ≤ à 40 mg/ Nm3.

Depuis le 1er septembre 2023, le recours à Mon Accompagnateur Rénov’ est obligatoire afin de bénéficier de MaPrimeRénov’ pour les forfaits de 2 travaux ou plus avec plus de 10 000 € d'aide.

Bon à savoir : l’article 15 de la loi de finances pour 2020 a transformé le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) en prime forfaitaire versée par l’ANAH au moment de la réalisation des travaux. Le montant de la prime est fixé par un arrêté du 29 décembre 2022 modifiant l'arrêté du 14 janvier 2020. La transformation intégrale du CITE s’est effectuée en 2 temps. Au 1er janvier 2020 : pour les ménages les plus modestes, le CITE et l’aide Habiter Mieux Agilité de l’ANAH ont fusionné en une prime nouvelle : MaPrimeRénov’. Le CITE a été maintenu jusqu'au 31 décembre 2020 pour les ménages aux revenus intermédiaires. Au 1er janvier 2021 : suppression définitive du CITE et extension du bénéfice de la prime à tous les ménages. La demande s'effectue en ligne sur Maprimerenov.gouv.fr. Elle est cumulable avec le prêt avance rénovation ou prêt avance mutation (article L. 315-2 du Code de la consommation).

Ces pros peuvent vous aider